D'où vient l'argent des loteries ?

Les montants à gagner aux loteries font rêver. Il suffit d’acheter un ticket avec une grille, d’y cocher quelques nombres pour peut-être récolter beaucoup d’argent. Le gain le plus élevé du Loto (la loterie nationale) a été remporté en 2011 : 24 millions d’euros ! Dans 12 pays d’Europe, dont la France, il existe aussi l’Euro Millions, qui permet de gagner jusqu’à 190 millions d’euros ! D’où provient cet argent ?
 

L’argent des joueurs retourne en grande partie aux joueurs

La Française des Jeux (aussi appelée « FDJ ») est l’entreprise qui gère le Loto, l’Euro Millions et d’autres jeux de hasard, en France. C’est elle qui récupère l’argent dépensé par les joueurs. Pour 100 euros récoltés avec la vente des tickets et des grilles, elle remet en jeu un peu plus de 66 euros. Cette somme permet d’alimenter les montants à gagner des loteries, mais aussi des autres jeux de la FDJ. Comme de très nombreuses personnes jouent à l’une ou l’autre de ces loteries, cela crée une grosse cagnotte : 9,5 milliards d’euros de gains ont été reversés, en 2016, aux gagnants. Une somme considérable !
 

Et le reste ?

La loterie nationale a été créée par l’État en 1933. Le bénéfice avait un objectif bien précis : venir en aide aux personnes blessées pendant les guerres et aux anciens combattants. Aujourd’hui, la FDJ appartient encore en partie à l’État, et l’une de ses missions est toujours l’amélioration de la vie des Français.
Sur 100 euros récoltés par la FDJ, environ 22 euros sont versés directement à l’État. En 2016, cet apport a représenté 3 milliards d’euros, qui ont servi, par exemple, à rénover ou à construire des stades et à développer des activités sportives.
Une autre partie de l’argent reçu par la FDJ est reversée aux buralistes, qui vendent les jeux et les grilles. Enfin, sur 100 euros récoltés, 5,5 euros sont gardés par la FDJ. Cette somme sert à payer les salaires des personnes qui y travaillent, les locaux, les coûts de fabrication des jeux, etc. 
Publié le 26/07/2017

Sur le même thème